blanchiment d’anus

Blanchiment anal : ton anus est-il horribilis ?

Cachez moi cet anus que je ne saurais voir…

Certains blanchissent leur argent, d’autres leurs dents, d’autres leur peau et une petite poignée leur anus…

Dans une société où l’apparence a pris le pas sur de nombreuses valeurs fondamentales, il devient important voire primordial de montrer patte blanche et rondelle immaculée.

Mouvement instigué par l’industrie du porno, précurseur en matière de pratiques sexuelles et de fantasmes. La blanchisserie anale fait des émules et semble être un commerce juteux. (Anal bleaching dans la langue de  Shakespeare)

En effet, avec l’explosion de la pornographie sur le net et sa contagion à monsieur et madame tout le monde, les choses changent dans l’obscurité des chambres à coucher. Aujourd’hui, un cercle de plus en plus large d’amateurs prennent un soin tout particulier à entretenir un organe jadis parent pauvre de la sphère sexuelle.

Le petit, le fondement, le trou de balle, le fion est devenu partie intégrante des jeux sexuels et n’est plus réservé à la communauté homosexuelle. Le cul ne souffre plus de discrimination sexuelle, homme comme femme sont partie prenante de cette nouvelle aventure… Le petit basané ne sera plus jamais seul.

Au 15 ème siècle, on fit la découverte de l’Amérique  au 21ème on a découvert définitivement le colon.

En raison du développement croissant des pratiques autour de la région anale, certaines questions se sont posées et certains standards sont apparus. Auparavant, tabou, considéré comme sale et vu comme simple orifice d’externalisation d’immondices, l’anus a du s’acheter une virginité.

Pour promouvoir un porno toujours plus créatif (3 trous c’est toujours mieux que 2), l’industrie du sexe a demandé à ce que l’anus soit beau, joli, qu’il donne envie d’être aimé, cajolé etc…

C’est pourquoi depuis quelques années déjà, les actrices de cul arborent un oignon frais et blanchi (Gourmand) aux antipodes de ce que l’on peut remarquer dans la vie de tous les jours : oignons brunis, oignons un peu trop cuits, laissés trop longtemps sur le feu.

Comment font-elles ? C’est tout simple, elles vont dans un salon de beauté ou font appel à des spécialistes de blanchiment de l’intimité. Ces derniers vont utiliser des produits chimiques en vue de dépigmenter la peau du petit, pour la rendre plus uniforme et plus appétissante aux yeux du téléspectateur.

A l’instar des photos des magazines retouchées sur photoshop, la supercherie peut engendrer des questionnements existentiels pour les publics les plus fragiles et les moins avertis. (Est-ce que mon cul est normal ?  Mon/ma partenaire va t-il penser que ma rondelle est sale ? etc…)

Les anus beaux et jolis n’existent pas enfin naturellement. Ils nécessitent le travail méticuleux de professionnels. Alors ne soyez  pas complexés au moment de regarder votre intimité si elle ne ressemble pas à celle de vos acteurs fétiches dans vos films préférés.

C’est normal et surtout ce n’est pas sale ! Le cinéma porno triche encore et toujours alors ne vous laissez pas abuser.

Comme le disait si bien le poète surréaliste belge, Louis Scutenaire « Le cinéma est un anus artificiel. »

 

N’oubliez pas de devenir fan de la page facebook  de Onthehook  



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.