C’est quoi le Crochet ?

Sans tomber dans l’ennui d’une énumération exhaustive des différentes définitions du crochet. Je vais vous livrer MA définition et la seule qui compte à vrai dire.

 

Le crochet  : nom masculin désignant un état d’esprit ou une action nécessitant la mobilisation de toutes ses ressources physiques et intellectuelles pour transcender une situation ou une personne marquée par le sceau du conformisme et de l’inconscience.

 

En filigrane, le crochet évoque la prise de conscience de notre liberté de penser, d’écouter, d’écrire et d’agir sous couvert du respect de règles essentielles à la vie en société.

Le crochet porte en son sein une acception négative mais le mal n’est pas toujours l’ennemi du bien et le crochet en est un bel exemple.

A l’instar d’un Monsieur Jourdain faisant de la prose, chacun d’entre nous crochetons tous les jours sans le savoir. Cependant, ce qui est important et inhérent à ma conception du crochet, c’est la pleine conscience de l’acte de « crocheter ». Cette dernière étant l’ultime frontière nous préservant de la maladresse ou de la bêtise. Sans elle, le crochet serait alors faucille.

Vous l’avez compris, le crochet est une perception, un angle, une manière de regarder la vie. Autrement.

Rien est mal ou bon en soi, c’est juste une question d’interprétation.

 Le crochet est une philosophie.

Ex n° 1 :

Tu es sorti avec la copine de ton pote : « Mec, je t’ai évité de faire l’erreur de ta vie. Je ne la sentais pas cette fille. J’espère que cela t’a ouvert les yeux ? On dit merci qui ? » (Les actes sont parfois plus forts que de longs discours)

Ex n° 2 :

Touché par une gastro aigüe, exténué sur le trône, en plein gag sur les gogs, une pensée te vient : « Ça fait chier mais ça m’évitera d’aller à la salle de sport pendant au moins deux semaines ! » (Tu muscles ta ceinture abdominale, tout en jouant avec ton sphincter)

Ex n° 3 :

Tu restes assis dans le bus alors qu’une vieille dame est entrée. Tu la vois en difficulté agrippant la barre comme une forcenée, proche de choir à chaque virage mais : « Je respecte mes ainés, je ne vais pas la froisser, elle n’a même pas de canne. C’est fier à cet âge là ! » (A l’aube du crépuscule, il ne nous reste que notre dignité)

 

Alors toi aussi participe au Crochet sur « On The Hook », commente les articles et envoie tes crochets à crochet.mercredi@gmail.comIci c’est chez toi !

 


Il y a 5 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire