daggering

Daggering : this Dance is too crazy !

Une danse venant de la jamaïque Exit les danses de salon et dites bonjour aux danses de chambre à coucher… Du salon à la chambre à coucher, il n’y a souvent qu’un étage. Ces dernières années, certaines danses ont gravi quatre à quatre les marches de l’escalier et parmi elles, on peut sans aucun doute citer le daggering. Au diable valse, paso doble ou encore tango ! Ce ne sont que des reliques poussiéreuses d’une société puritaine étouffée par le tabou du désir charnel.

Car tout le monde le sait : “Dancing leads to sex…”

Engoncé dans un costume, une robe de soirée, soumis à des règles strictes, les danses classiques sont de moins en moins attractives au regard des nouvelles populations fleurissant les dance floors. Dans un contexte de libéralisation de la danse et de crise des mentalités. Venu tout droit de la Jamaïque, petit îlot de paradis où drogue et sprint font bon ménage, le phénomène Daggering fait de plus en plus de bruit. Au-delà de l’excentricité et du caractère très suggestif de cette danse. Ce qui la rend célèbre aujourd’hui, ce sont ses graves conséquences médicales. Le daggering occasionne un grand nombre de “fracture”…. Du pénis.

Il s’agit d’un véritable problème de santé publique.

Le daggering casse, broie l’homme dans son intimité. Il est aussi une véritable fracture dans une société qui essaie de prôner le respect de la femme. Les hôpitaux jamaïcains voient grandir le nombre de patients victimes du daggering. Acrobatique et physique, c’est une danse à haut risque surtout pour les hommes. (J’ai presque envie de dire,  juste retour des choses tant ils malmènent leurs partenaires et la condition féminine par extension) Oui, vous avez bien lu ! “FRACTURE” du pénis. Il semble que cela arrive beaucoup plus souvent que l’on ne le pense et ça fait du bruit, un claquement assez sonore “BANG” et c’est assez douloureux.

Le terme fracture n’est pas approprié car pas d’os, pas de fracture.

Mais c’est le mot qui semble le plus proche de la réalité. En terme médical l’explication est la suivante : “Lors de ces faux pas du coït, l’enveloppe rigide (albuginée) qui entoure le pénis se déchire. Relativement élastique lorsque le pénis est flasque, elle devient rigide lors de l’érection” Actuellement en Jamaïque de nombreux artistes militent contre le daggering ou pour un daggering moins dangereux comme Major Lazer. Pour comprendre ce qu’est le Daggering, je vous invite à regarder les supports vidéos que j’ai mis à votre disposition :

Pon De Floor featuring Afro Jack & Vybz Cartel

Guide to Daggering

Wild Daggering ( Vidéo interdite au moins de 12 ans enfin moins de 16 ans )

Attention, j’en vois déjà parler de “civilisations” et de “cultures” différentes, il y a toujours un Claude Guéant qui se cache en chacun de nous.   Mais le Daggering s’exporte et s’étend loin des températures tropicales de la Jamaïque :

Daggering in Tokyo

Le Crochet lui-même milite contre le Daggering : gardez votre dague dans votre gaine…

daggering is dangerous




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.