Die-Artwoord

Les anges déchus du Hip Hop

l'ange noir de Youssouphal'ange de die antwoord

C’est peut-être une coïncidence mais à une semaine d’intervalle les pochettes de deux albums attendus par les disciples de l’industrie du “Parental Advisory” reprennent une imagerie angélique décalée voire même blasphématoire.

En effet, le rappeur français Youssoupha fait son retour avec son album “Noir Désir” et un ange noir au regard sombre. Un retour réussi avec des morceaux qui allient sens et musicalité. Le MC au cheveux sur la langue se fait le conteur d’un quotidien désabusé, en manque d’espoir et livré à lui même. Il alterne entre prise de hauteur et nombrilisme. Un album réfléchis et aboutis.

Youssoupha se voit comme le porteur de la bonne parole, ce petit ange noir déchu que la société refuse d’accepter en son sein, il a été rejeté du paradis.

D’un autre coté, l’ange lumineux des Die Antwoord qui tient entre ces mains un cœur sanguinolent. Ce groupe de Hip Hop Zef originaire de Cape Town sont connus pour leur excentricité vestimentaire qui se reflète dans leur musique : Hip hop, techno, dub step. Un mélange des genres quelque peu surprenant.

Dans cet album “Tension”, ils chantent en afrikaans, en xhosas et en anglais la folie d’une société pluri-ethnique en effervescence qui cherche encore ses repères.

Die Antwoord est ce monstre angélique qui arrache le cœur d’une société qui n’a pas encore réussi à faire l’autopsie de son Histoire.

Ces deux pochettes d’album sont sans nous faire oublier le remarquable opus de Kanye West “My beautiful dark twisted fantasy” qui avait choisi lui aussi une pochette qui avait fait polémique en 2010. Représentant la copulation d’un ange quelque peu diabolique avec le Mal humanisé. (J’occulte ici l’idée de métissage, restons sur le surnaturel)

Kanye West - my beautiful dark twisted fantasy

Je ne sais si c’est l’année 2012 et ces promesses de fin du monde qui poussent les artistes à se tourner vers le catholicisme en utilisant des imageries bibliques qui laissent entrevoir la victoire du mal contre le bien. (Pas sûr qu’ils aient tous lu le dernier livre de la Bible)

Cependant, il est intéressant de constater qu’il est à la mode de véhiculer ce type d’image à l’heure où la fréquentation des églises se fait de plus en plus rare et le Vatican de moins en moins influent.(Quand les chats ne sont pas là, les souris dansent)

Mais une Apocalypse sans chrétiens, c’est ridicule. Ce n’est pas Saint Jean qui me contredira.

Les artistes sont souvent des précurseurs. Ne se font-ils pas ici, les Nostradamus des temps modernes en prédisant l’enfer sur terre et Armageddon ?

Ou est-ce juste un plan marketing global surfant sur la vague Apocalyptique en vogue aujourd’hui ? (Les imageries bibliques propres à la civilisation judéo-chrétienne parlent au plus grand nombre et sont aisément détournées d’où leur choix, peut-être…Surement)

Le Crochet, c’est la première chronique religio-philo-musicale de comptoir.




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.