Les pires internationaux de l’équipe de france de football

Les pires internationaux français (1996 – 2004)

Ce sont ces internationaux qui ont porté le maillot bleu lors de grandes compétitions internationales sans que l’on sache vraiment pourquoi. Ils ont peu marqué, leurs passages ont été  sportivement peu marquants mais nous les avons remarqués.

De l’Euro 1996 à la Coupe du monde de 2014 : découvrons ces faire-valoir, ces coiffeurs, ces coupeurs d’oranges qui ont participé malgré eux à l’histoire de l’équipe de France et aux plus grandes compétitions internationales.

Dire que des légendes du football n’ont même pas eu l’occasion de jouer une phase finale…

Euro 1996 :

 

L’équipe de France perd en demi-finale face à la République Tchèque après la terrible séance des tirs aux buts. (échec de Reynald Pedros)

 

Les passagers clandestins sont :

 

mickaël madar euro 1996

 

 

 

 

 

 

 

Mickaël Madar à l’époque attaquant de l’AS Monaco. Seul souvenir en bleu, une passe décisive pour zizou dans un match amical anecdotique. Un joueur plus que moyen qui peut être fier de sa carrière qui a été jalonnée de jolis club pour s’échouer à l’US Créteil. (0 match dans la compétition)

 

Corentin martins euro 1996

 

 

 

 

 

 

 

 

Corentin Martins, milieu infatigable de l’AJ Auxerre. Prototype de ce que le championnat de D1 pouvait produire à cette époque, un joueur généreux mais pas génial. (0 match dans la compétition)

 

Franck Leboeuf euro 1996

 

 

 

 

 

 

 

 

Franck Leboeuf, défenseur du RC Strasbourg. Souvent appelé la saucisse ce qui le décida à quitter son club d’Alsace. (0 match dans la compétition)

 

Coupe du monde 1998 :

 

L’olympe de l’équipe de France de football, la consécration à domicile, victoire de l’équipe d’Aimé Jacquet 3-0 face au Brésil.

 

Les porteurs d’eau sont :

 

Vincent Candela Coupe du monde 1998

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Candela, le latéral de devoir de l’AS Roma qui a souvent tenu la chandelle en équipe de France (1 sélection lors de la compétition)

 

Patrick Viera france 98

 

 

 

 

 

 

 

Patrick Viera, le futur rock du milieu d’Arsenal (2 sélections lors de la compétition)

 

Euro 2000 :

Nouvelle victoire des bleus, la France règne sur la planète football. L’équipe de Roger Lemerre s’impose face une coriace équipe d’Italie par le but en or de David Trezeguet durant les prolongations.

Les cireurs de chaussures sont :

 

Christian Karembeu équipe de France 2000

 

 

 

 

 

 

 

 

Christian Karembeu, milieu du Real Madrid et surtout Mr Adriana (1 sélection dans la compétition)

 

johan micoud equipe de france

 

 

 

 

 

 

 

 

Johan Micoud, stratège des Girondins de Bordeaux qui n’a jamais été reconnu à sa juste valeur dans son pays. (1 sélection dans la compétition)

On peut ajouter aussi les passages fantomatiques de nos amis Leboeuf et Candela qui ont été appelés pour la deuxième fois pour faire le nombre. (1 sélection pour le premier cité et 2 sélections pour le second)

 

Coupe du monde 2002 :

L’âge d’or des bleus semble avoir disparu. L’équipe de France ne passe pas le premier tour et finie avec 1 pt dans un groupe qui comptait l’Uruguay, le Sénégal et le Danemark.

Les touristes sont à vrai dire l’ensemble des joueurs composant la sélection mais ceux qui ont vraiment pu visiter le Japon et la Corée du Sud sont :

 

Coupe du monde 2002 christanval

 

 

 

 

 

 

 

Philippe Christanval, le jeune défenseur jouait alors au FC Barcelone … aujourd’hui bijoutier, il peut à nouveau briller.

 

 

Willy Sagnol Coupe de france

 

 

 

 

 

 

 

 

Willy Sagnol, Le latéral du Bayern de Munich était encore un peu vert pour déloger Lilian Thuram de son couloir droit. Et à part Willy, Sagnol n’aurait pu sauver personne à cette époque.

 

Silvestre coupe du monde 2002

 

 

 

 

 

 

 

Mickaël Silvestre, défenseur central à Manchester United… La défense française n’a jamais été vraiment à la fête lorsqu’il a été présent.

 

alain boghossian coupe du monde

 

 

 

 

 

 

 

Alain Boghossian, le milieu de la Sampdoria que l’on aime emmener dans sa valise pour son état d’esprit, il n’a jamais vraiment fait son trou en équipe de France mais quel golfeur !

Fin de la première partie : 1996 à 2002

 Euro 2004 :

Une équipe de France peu inspirée et souvent désespérante tombe en quart de final sans honneur face à l’épouvantail grecque. Dans un match sans saveur qui pue la ligue 1, Zidane, Makélélé et Lizarazu annoncent dans la foulée leur retraite internationale.

Les boulets de cette équipe sans âme et sans espoir sont :

 

jean_alain_boumsong-france

Jean-Alain Boumsong dit l’érudit, le penseur. Plus habitué à panser les plaies de ses coéquipiers qu’ à fouler les pelouses portugaises. (1 match joué durant la compétition)

 

marcel-desailly

Marcel Desailly, c’est à regret que de le retrouver dans cette liste. Mais 2004 était l’année de trop pour l’ami Marcel, certains appellent ça le « crépuscule des dieux » mais pour nous téléspectateur, c’était juste l’année de trop. Santini avait parié sur le mauvais cheval. Avant même la compétition, tonton Marcel était déjà bon pour l’abattoir. Au Portugal, il n’aura eu droit qu’à une sailli pas deux ! (1 match joué)

 

sydney-govou

Sydney Govou, avec un zéro pointé, aucun match de joué, on peut être sûr que le Sydney ne s’est pas fait prié pour aller jouer dans le mini-bar. Jamais dernier pour la fête, il assuré la bonne ambiance au sein du groupe. Véritable leader, Sydney est le capitaine de soirée idéale dans les jours de victoire comme de défaite.

 

benoit-pedretti

Benoît Pedretti, l’éternelle promesse ou encore la « tapette » comme dirait l’autre, n’a jamais fait son trou au niveau international. L’archétype de joueur de ligue 1 dont le potentiel est tué dans l’œuf par des mauvais choix de carrière. Le sosie de Jordy n’a jamais su grandir…

 

jérome-rothen

Jérôme Rothen, le feu faulet ou encore chicken run, le beckham du miséreux… Lui aussi a été appelé pour bouffer de la morue. Mais il ne mouilla le maillot floqué du coq qu’à une reprise. Son jeu unidimensionnel était peut être trop limité pour la grande équipe de France et puis jouer avec une jambe de bois est un désavantage à haut niveau.

 

steve-marlet

Steve Marlet doit beaucoup à son nom de famille. Malgré des qualités moyennes, il a réussi à rentrer dans le gotha du football international. La sympathie pour Bob Marley avec qui, il n’a aucun lien de parenté a beaucoup joué. Aucune apparition lors de cet euro. Néanmoins, avec son ami Sydney Govou, ils assuraient les soirées. Steve aux platines « Reggae Night » à l’image de la tranquillité de l’équipe de France dans lé défaite et Sydney au bar… Ils ont fait un tabac  !

 

To be continued…

 

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.