ribéry-buteur

France-Ukraine bien plus que du foot ?

ribéry-champion

C’est dans les moments les plus sombres de notre histoire que nos sursauts d’orgueils se parent d’une lumière éclatante…

Cela aurait pu être la phrase d’un Franck Ribéry à la sortie de la cuisante défaite de la France face à l’Ukraine mais ce dernier se fit assez discret devant les micros.

On ne peut lui en vouloir au regard de sa prestation plus que moyenne lors de ce premier match de barrage. Et il faut l’avouer, celui qu’on surnomme « syntax error » n’est pas connu pour sa dextérité à user la langue de Voltaire, alors dans un jour sans…On s’est surement évité un deuxième naufrage du natif de Boulogne-sur-mer.

Néanmoins, un petit discours post défaite d’un candidat au ballon d’or aurait été apprécié et aurait pu asseoir sa stature de joueur charismatique et de leader responsable d’un groupe en pleine déliquescence.

Un truc du genre : « Wesh gro, cette défaite nous met le sum à tous, t’as vu mais sur la tête de Seif El Islam mon petit dernier, on va foutre le sbeul à Paname, on va les désosser ces putains d’ Ukrainiens et même si les votes pour le ballon en roro sont clôturés, ça peut être que du bon pour moi. »

Bien que ces paroles soient totalement imaginaires, on peut penser que l’état d’esprit des bleus n’en soit pas si éloigné. A l’image de bêtes blessées, ils auront l’envie féroce de se rebiffer à la fois contre leurs adversaires sportifs d’un soir et leurs ennemis éternels. (Le peuple français, les journalistes, les politiques…)

Jouer en équipe de France est devenu depuis quelques années une mission qui dépasse le ballon et les crampons. Les joueurs flanqués du coq sont sensés jouer un rôle d’ultime défenseur des valeurs républicaines.

Thermomètre de l’humeur des français, nouveaux exemples de la jeunesse car les parents ont démissionné, généreux contributeurs à l’impôt car la richesse de souche a démissionné, incarner le dépassement de soi et le courage car le peuple n’a plus envie de se tuer à la tâche et symboles de l’intégration réussie car le système français a démissionné.

C’est beaucoup de responsabilités sur les épaules de jeunes gens qui au départ n’avez que pour seule ambition de taper dans un ballon.

Dans la première bande dessinée de Spider Man, le narrateur dit : « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.  »

Pour ma part, je ne sais pas quel pouvoir ont les bleus mais il faudrait redonner sa place au Football à savoir qu’il ne s’agit que d’ un sport, populaire mais qui ne reste pas moins une activité sportive que l’on regarde ou pratique pour nous distraire et occuper notre temps. C’est pourquoi, ses pratiquants bien qu’illustrent ne devraient pas porter le fardeau d’une société qui ne sait à qui refiler la responsabilité de son échec.

Mardi 19 novembre au Stade de France, ne se jouera pas une banale partie de Football, c’est l’avenir de la France qui se joue et c’est pourquoi, les onze bleus qui seront sur le carré vert devront vivre ou mourir les armes à la main… Alors aux ARMES !

En novembre 1808, Napoléon est en route pour prendre Madrid lors de la guerre d’Espagne. Son armée se trouve bloquée au pied de l’étroit col de Somosierra dans la sierra de Guadarrama par quatre batteries espagnoles et des tireurs embusqués qui prenne le défilé en enfilade. L’empereur décide alors d’envoyer un escadron de chevaux-légers polonais prendre les batteries espagnoles. Mais ses lieutenants lui disent que cela est « impossible ».

Napoléon leur répond alors : « Comment ? Impossible ! Je ne connais point ce mot là ! Il ne doit y avoir pour mes Polonais rien d’impossible ! ». L’escadron, au prix de lourdes pertes, prendra le col.

L’expression vient principalement de cet épisode de la conquête de Napoléonienne en Espagne et pourquoi pas une conquête Napoléonienne au Brésil.

Tout est possible quand Napoléon est parmi nous :

ribery-napoléon

 



Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.