tatouage-anal-star

Tatouage anal : tu te tatoues le trou de balle maintenant ?

Pour les plus fidèles de Onthehook, vous n’avez pas manqué l’article de fond sur le blanchiment d’anus. Dans la volonté de célébrer cette région populaire à l’époque de la Grèce Antique et qui a perdu peu à peu son pouvoir d’attraction pour devenir un véritable tabou… Nous allons aujourd’hui mettre le projecteur sur une pratique qui semble faire son trou, le tatouage anal.

Véritable fait de société, le tatouage dans son acception classique a conquis le plus grand nombre, près d’un français sur dix l’a déjà expérimenté. Autrefois, pratique tribale qui avait pour simple but d’identifier les membres d’une même tribu, aujourd’hui le tatouage est devenu un véritable mode d’expression.

Dans une idée toujours plus profonde que notre corps nous appartient, notre épiderme est  devenu une véritable toile vierge où artistes de l’aiguille et  apprentis dessinateurs donnent corps aux délires et névroses de leurs clients. Fresques grandiloquentes, gribouillis hideux, tout y passe et toutes les parties du corps sont sollicitées: bras, jambes, torses, dos, oreilles, lèvres, seins, pénis … J’ai dit tout.

Cependant, il y avait un endroit situé à l’ombre des regards qui avait toujours gardé son authenticité. Niché entre deux coussins de douceur, le sillon fessier, l’anus restait quasi intact malgré quelques tentatives d’altération telle que le blanchiment anal.

Pourquoi se tatouer l’anus ?

C’est une manière de montrer que l’art n’a aucune limite et que chaque parcelle de notre corps peut se voir modifier, exprimant la force de l’homme sur la nature.

A l’abri des regards, quasi inaccessible sauf des personnes très intimes et triées sur le volet (Ou par un médecin pour une coloscopie par exemple) l’anus est caractérisé par l’idée d’interdit, de péché originel. Porte de l’enfer pour les uns, accessit au paradis pour les autres.

Le tatouage de ce petit territoire enclavé est donc un vrai message. Un acte fort qui requiert créativité de par sa dimension réduite et courage car il cause des douleurs effroyables. Le tatouage est rarement un acte anodin alors imaginez-vous celui de la rondelle.

Il ne faut pas oublier que le tatouage consiste à faire subir à l’épiderme une série de perforations dans le but d’introduire de l’encre sous la peau, au niveau du derme. Chaque perforation ainsi réalisée créée une blessure, donc une plaie. A l’instar des tatouages classiques, hygiènes et cicatrisation demandent une attention toute particulière. Pendant des jours entiers, il sera indispensable pour le tatoué de nettoyer scrupuleusement la peau scarifiée, appliquer une pommade cicatrisante en permanence et laisser le plus possible la zone tatouée à l’air libre. (En d’autres mots, il faudra continuellement se beurrer l’anus et traîner le cul à l’air)

Les activités autour du pot, du trou du cul se multiplient… Un vent nouveau souffle sur la région anale. Après l’avènement du blanchiment d’anus, le courant du tatouage anal lui emboîte fort logiquement le pas. Encore peu de pratiquants aujourd’hui mais à coup sûr ce mouvement va gagner la population des tatoués.

Les possibilités seront grandes : Initiales de votre cher et tendre ou prénom si ce dernier n’est pas trop long. Rosaces, fleurs, étoiles, jeu de profondeur, trompe-l’œil … Faites marcher votre imagination et surprenez-vous.

Si vous aimez le tatouage et souhaitez  être précurseur, le tatouage anal est pour vous.

Témoignage d’une jeune fille qui s’essaie au tatouage anal :

 




Il n'y a aucun commentaire

Ajoutez le vôtre

Les commentaires sont clos.